Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


Je souhaite offrir mon enthousiasme et mon énergie en m’engageant pour un second mandat

« Enfant » du Mont, j’y ai effectué toute ma scolarité obligatoire ; après des études en sciences politiques et de la recherche à l’UNIL, je me suis tourné vers l’enseignement.

Marié et père d’un enfant, j’ai fondé les Jardins du Mont dans l’idée de supprimer les intermédiaires entre nos agriculteurs et nous, les « mangeurs ».

Élu à la Municipalité en 2016 et occupant depuis le dicastère Instruction publique et affaires culturelles, j’ai créé le service Jeunesse et loisirs ; à présent, je souhaite offrir mon enthousiasme et mon énergie en m’engageant pour un second mandat.

Philippe SOMSKY


Je suis prêt à relever les nombreux défis qui attendent notre commune, au service du bien commun.

Employé de commerce, 53 ans, marié, un enfant, établi au Mont depuis 2006. Mon parcours professionnel dans le secteur public m’a permis de concilier travail et vie privée en bénéficiant du temps partiel.

Très investi dans les activités associatives, je suis membre de l’Ordre de la Poêle, président fondateur du Le Mont Basketball club et responsable de la section Tai Chi Le Mont.

Élu au conseil communal et membre de la commission de gestion depuis 2016, je suis prêt à relever les nombreux défis qui attendent notre commune, au service du bien commun.

Robert IRRAUSCH


Je pense que c’est au niveau communal que l’action citoyenne permet au mieux d’améliorer le quotidien de mes concitoyens

Agé de 61 ans, j’habite au Mont depuis 2015 et suis au Mont Citoyen depuis lors. Je suis entré au Conseil Communal en cours de législature et suis membre de la commission des finances.

Je suis membre fondateur de l’association de quartier «En Martines» dont je suis le trésorier. Professionnel de la finance, je suis contrôleur de gestion à l’EPFL.

Je pense que c’est au niveau communal que l’action citoyenne permet au mieux d’améliorer le quotidien de mes concitoyens. C’est pourquoi, je continue à m’engager en politique, aussi au Mont.

Jean-Pierre MOSER


Bilan 2016-2021 : nos actions à la Municipalité

Troisième volet de notre bilan 2016-2021 : nos actions à la Municipalité initiées par Philippe Somsky.

DÉMOCRATIESOLIDARITÉÉCOLOGIE
Mise en place du nouveau service de la jeunesse et des loisirs et les nouvelles prestations qui vont avec.Baisse des frais de la cantine scolaire.

Promotion de l’utilisation de produits locaux bio dans les institutions publiques de restauration collective (mise en place de l’éco-score beelong développé à l’école hôtelière de Lausanne)
Prise en compte de toutes les sociétés locales comme de véritables partenaires pour les autorités (création de l’Assemblée des Sociétés Locales).Subventions pour les études de musique à l’EMML.Soutien à la création d’un jardin en permaculture
Soutien à de nouvelles manifestations culturelles dans la commune (Fête de la musique, contes de Noël, cinéma, etc.)Mise en place d’un subventionnement de la garde d’enfants (accueil préscolaire) en fonction du revenu des parents.
Pionniers dans l’interdiction des voyages scolaires en avion.

Mesure reprise depuis par le Canton pour l’ensemble de son territoire.
Développement de l’accueil parascolaire (augmentation des places en UAPE de 125 %)
Développement d’un réseau de boîtes à livres.Gestion de la mise en place de Quartiers solidaires et soutien aux activités intergénérationnelles.
Mise en place de la manifestation Mon’Apprentissage.Développement de l’offre des activités  parascolaires (espace Yolo, livret d’activités sportives et culturelles).
Participation à l’ouverture des bâtiments communaux à tous les usages d’intérêt général.
Intervention de Philippe Somsky à propos des enjeux de l’accord TISA (projet d’accords de libre échange entre la Suisse et une cinquantaine de pays).

Une lettre a été envoyée par la Municipalité du Mont au Conseil fédéral.


Élection complémentaire à la Municipalité: 45% des suffrages pour le Mont citoyen!

Le Mont citoyen tient à féliciter Madame Müller Achtari pour son élection à la Municipalité du Mont-sur-Lausanne. Nous saluons le fait qu’une femme accède à la Municipalité de cette Commune, et nous réjouissons du changement de cap annoncé pendant la campagne. Nous lui souhaitons de réussir à dynamiser l’Exécutif communal, auquel elle apportera ses compétences sociales et professionnelles. Nous espérons qu’elle continuera à s’engager pour le soutien à la jeunesse, la solidarité intergénérationnelle et une meilleure conciliation entre vie privée et professionnelle pour les hommes et les femmes de notre Commune.

Nous remercions l’ensemble des citoyen.nes qui ont soutenu notre candidat Jean-Marie Urfer. Avec près de 45 % des suffrages exprimés, nous sommes très heureux d’avoir pu proposer une alternative crédible dans cette élection, et que la population ait pu faire un choix raisonné sur la base des programmes présentés. La campagne nous a permis de parler des thèmes qui nous tiennent à coeur, et que nous continuerons de porter pendant cette législature.

N’hésitez pas à nous rejoindre au Mont citoyen, si vous vous retrouvez dans les valeurs et les thèmes présentés lors de cette campagne. Venez nous rencontrer lors de notre AG (prévue le 14 mars), ou lors de n’importe laquelle de nos réunions d’association annoncées sur notre site, ou écrivez-nous un petit message!


Politique du logement : une question de responsabilité sociale envers les générations futures

Nous nous engageons pour que nos autorités développent une vraie politique du logement qui favorise la réalisation de logements à loyer abordable en quantité suffisante, notamment au bénéfice des jeunes et des aînés de la Commune.

La loi vaudoise loi sur la préservation et la promotion du parc locatif (L3PL), entrée en vigueur au 1er janvier 2018, met de nouveaux outils à disposition des communes qui souhaitent promouvoir la construction de nouveaux logements qui correspondent aux besoins de la population. Elle vise en particulier à promouvoir la construction de logements d’utilité publique (LUP). Ceux-ci comprennent les logements à loyers abordables (LLA), non subventionnés, les logements à loyers modérés (LLM), des logements protégés (LP) et des loge­ments pour étudiants (LE). Cette loi a été soutenue par les habitants du Mont, qui se rendent bien compte que les loyers explosent, et que compter sur la bonne volonté des propriétaires ne suffit pas.

En effet, depuis 20 ans, notre district est en situation de pénurie avancée de logement. La Municipalité actuelle nous fait croire qu’elle agit dans ce domaine, par exemple en proposant 5% de logements d’utilité publique (LUP) dans le plan de quartier de la Clochatte. Mais selon nous, il s’agit d’une mesurette, clairement insuffisante pour répondre aux besoins. Les communes qui se préoccupent réellement du logement (par exemple Nyon ou Montreux) visent 25% de LUP dans les nouveaux plans de quartier, un taux qui permet aussi des économies d’échelle pour les investisseurs.

De plus, le Mont-sur-Lausanne est dans une situation particulière, avec son processus de remaniement parcellaire géré par le Syndicat d’amélioration foncière. Les 11 plans de quartier prévus dans ce cadre ont déjà été votés et on ne pourra plus y imposer des LUP. Il faut donc prévoir des bonus de surface de plancher disponible pour les propriétaires qui s’engagent sur une base volontaire à intégrer des LUP.

Enfin, afin que les LUP bénéficient aux personnes qui en ont réellement besoin, la Commune doit définir des critères d’attribution de ces logements, au sein d’un règlement inscrit au registre foncier (par exemple limite de revenu, nombre de personnes / m2, nombre d’années de résidence dans la Commune, tranches d’âge).

Nous voulons une vraie politique du logement socialement responsable !


La représentation féminine comme écran de fumée

Le PLR met en avant, et il a bien raison, le fait qu’une femme du parti se présente comme candidate à l’élection complémentaire de la commune. Quand on sait que la composition à ce jour de la municipalité est exclusivement masculine, il y a là un argument de poids…

Sauf qu’à y regarder de plus près, une fois l’effet d’annonce passé, les positions prises par le PLR au Mont montrent que sur le fond la question de l’égalité entre hommes et femmes n’est pas au programme pour ce parti.

  • En 2016, comme le montre l’affiche de campagne ci-dessous, le PLR « envoyaient » 7 hommes pour conquérir la municipalité ; deux ans plus tard, le même parti met en avant une candidature féminine. Pourquoi ne pas avoir pas fait cela il y a deux ans ? Opportunisme électoral semble être le bon terme…

  • Le groupe PLR est, avec l’UDC (0 femmes), le groupe avec la plus faible représentation féminine au conseil (26%, contre 40% pour l’Entente Montaine, et 33% au Mont citoyen et au PS).
  • Lors du dernier vote sur le budget, le PLR questionne les développements du service jeunesse et de l’accueil scolaire et parascolaire, voyant là un coût « risqué » pour la commune. Quand on sait que l’offre d’accueil pré- et parascolaire est un facteur déterminant dans le processus d’égalité hommes-femmes par rapport au monde du travail, on comprend très vite que, sur le fond, le PLR n’est pas près de défendre ce sujet autant qu’il se devrait.

La plupart des femmes de notre groupe sont actives professionnellement. A ce titre, elles doivent également se battre pour leurs droits dans le monde du travail qui, on le sait, ne leur fait pas de cadeaux. La question de l’égalité hommes-femmes passera par des mesures concrètes et contraignantes. Par conséquent, le PLR du Mont soutient-t-il officiellement l’instauration de critères évaluant les pratiques des entreprises vis-à-vis de l’égalité salariale pour l’attribution de marchés publics ?

Défendre les intérêts des femmes, dont les salaires et les retraites sont plus bas, c’est d’abord mener une politique sociale. Notamment favoriser des logements, un accueil pré et parascolaire à des prix abordables au Mont.

Rappelons que sur le plan fédéral, le PLR s’est battu pour édulcorer le projet de loi sur l’égalité salariale, jusqu’à le rendre quasi inopérant (25.09.2018). En juin de la même année, le PLR a décidé de refuser de soutenir l’initiative pour un congé-paternité de 20 jours. Est-ce défendre l’égalité ? Si le PLR entend mettre en avant sur le fond une candidature féminine, il doit alors répondre d’abord à ce type de questions… si possible avant la fin des élections.

Et histoire de passer de la parole aux actes, ce qui est sûr, c’est que l’on se réjouit de la présence massive du PLR du Mont, le 14 juin, à la grève nationale des femmes !