Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


Élection complémentaire à la Municipalité: 45% des suffrages pour le Mont citoyen!

Le Mont citoyen tient à féliciter Madame Müller Achtari pour son élection à la Municipalité du Mont-sur-Lausanne. Nous saluons le fait qu’une femme accède à la Municipalité de cette Commune, et nous réjouissons du changement de cap annoncé pendant la campagne. Nous lui souhaitons de réussir à dynamiser l’Exécutif communal, auquel elle apportera ses compétences sociales et professionnelles. Nous espérons qu’elle continuera à s’engager pour le soutien à la jeunesse, la solidarité intergénérationnelle et une meilleure conciliation entre vie privée et professionnelle pour les hommes et les femmes de notre Commune.

Nous remercions l’ensemble des citoyen.nes qui ont soutenu notre candidat Jean-Marie Urfer. Avec près de 45 % des suffrages exprimés, nous sommes très heureux d’avoir pu proposer une alternative crédible dans cette élection, et que la population ait pu faire un choix raisonné sur la base des programmes présentés. La campagne nous a permis de parler des thèmes qui nous tiennent à coeur, et que nous continuerons de porter pendant cette législature.

N’hésitez pas à nous rejoindre au Mont citoyen, si vous vous retrouvez dans les valeurs et les thèmes présentés lors de cette campagne. Venez nous rencontrer lors de notre AG (prévue le 14 mars), ou lors de n’importe laquelle de nos réunions d’association annoncées sur notre site, ou écrivez-nous un petit message!


Politique du logement : une question de responsabilité sociale envers les générations futures

Nous nous engageons pour que nos autorités développent une vraie politique du logement qui favorise la réalisation de logements à loyer abordable en quantité suffisante, notamment au bénéfice des jeunes et des aînés de la Commune.

La loi vaudoise loi sur la préservation et la promotion du parc locatif (L3PL), entrée en vigueur au 1er janvier 2018, met de nouveaux outils à disposition des communes qui souhaitent promouvoir la construction de nouveaux logements qui correspondent aux besoins de la population. Elle vise en particulier à promouvoir la construction de logements d’utilité publique (LUP). Ceux-ci comprennent les logements à loyers abordables (LLA), non subventionnés, les logements à loyers modérés (LLM), des logements protégés (LP) et des loge­ments pour étudiants (LE). Cette loi a été soutenue par les habitants du Mont, qui se rendent bien compte que les loyers explosent, et que compter sur la bonne volonté des propriétaires ne suffit pas.

En effet, depuis 20 ans, notre district est en situation de pénurie avancée de logement. La Municipalité actuelle nous fait croire qu’elle agit dans ce domaine, par exemple en proposant 5% de logements d’utilité publique (LUP) dans le plan de quartier de la Clochatte. Mais selon nous, il s’agit d’une mesurette, clairement insuffisante pour répondre aux besoins. Les communes qui se préoccupent réellement du logement (par exemple Nyon ou Montreux) visent 25% de LUP dans les nouveaux plans de quartier, un taux qui permet aussi des économies d’échelle pour les investisseurs.

De plus, le Mont-sur-Lausanne est dans une situation particulière, avec son processus de remaniement parcellaire géré par le Syndicat d’amélioration foncière. Les 11 plans de quartier prévus dans ce cadre ont déjà été votés et on ne pourra plus y imposer des LUP. Il faut donc prévoir des bonus de surface de plancher disponible pour les propriétaires qui s’engagent sur une base volontaire à intégrer des LUP.

Enfin, afin que les LUP bénéficient aux personnes qui en ont réellement besoin, la Commune doit définir des critères d’attribution de ces logements, au sein d’un règlement inscrit au registre foncier (par exemple limite de revenu, nombre de personnes / m2, nombre d’années de résidence dans la Commune, tranches d’âge).

Nous voulons une vraie politique du logement socialement responsable !


La représentation féminine comme écran de fumée

Le PLR met en avant, et il a bien raison, le fait qu’une femme du parti se présente comme candidate à l’élection complémentaire de la commune. Quand on sait que la composition à ce jour de la municipalité est exclusivement masculine, il y a là un argument de poids…

Sauf qu’à y regarder de plus près, une fois l’effet d’annonce passé, les positions prises par le PLR au Mont montrent que sur le fond la question de l’égalité entre hommes et femmes n’est pas au programme pour ce parti.

  • En 2016, comme le montre l’affiche de campagne ci-dessous, le PLR « envoyaient » 7 hommes pour conquérir la municipalité ; deux ans plus tard, le même parti met en avant une candidature féminine. Pourquoi ne pas avoir pas fait cela il y a deux ans ? Opportunisme électoral semble être le bon terme…

  • Le groupe PLR est, avec l’UDC (0 femmes), le groupe avec la plus faible représentation féminine au conseil (26%, contre 40% pour l’Entente Montaine, et 33% au Mont citoyen et au PS).
  • Lors du dernier vote sur le budget, le PLR questionne les développements du service jeunesse et de l’accueil scolaire et parascolaire, voyant là un coût « risqué » pour la commune. Quand on sait que l’offre d’accueil pré- et parascolaire est un facteur déterminant dans le processus d’égalité hommes-femmes par rapport au monde du travail, on comprend très vite que, sur le fond, le PLR n’est pas près de défendre ce sujet autant qu’il se devrait.

La plupart des femmes de notre groupe sont actives professionnellement. A ce titre, elles doivent également se battre pour leurs droits dans le monde du travail qui, on le sait, ne leur fait pas de cadeaux. La question de l’égalité hommes-femmes passera par des mesures concrètes et contraignantes. Par conséquent, le PLR du Mont soutient-t-il officiellement l’instauration de critères évaluant les pratiques des entreprises vis-à-vis de l’égalité salariale pour l’attribution de marchés publics ?

Défendre les intérêts des femmes, dont les salaires et les retraites sont plus bas, c’est d’abord mener une politique sociale. Notamment favoriser des logements, un accueil pré et parascolaire à des prix abordables au Mont.

Rappelons que sur le plan fédéral, le PLR s’est battu pour édulcorer le projet de loi sur l’égalité salariale, jusqu’à le rendre quasi inopérant (25.09.2018). En juin de la même année, le PLR a décidé de refuser de soutenir l’initiative pour un congé-paternité de 20 jours. Est-ce défendre l’égalité ? Si le PLR entend mettre en avant sur le fond une candidature féminine, il doit alors répondre d’abord à ce type de questions… si possible avant la fin des élections.

Et histoire de passer de la parole aux actes, ce qui est sûr, c’est que l’on se réjouit de la présence massive du PLR du Mont, le 14 juin, à la grève nationale des femmes !