Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


RIE III : 3 bonnes raisons de la refuser

Economiste de formation, j’ai passé la majorité de ma vie professionnelle à développer les affaires d’entreprises privées diverses et à défendre des idées libérales. J’essaye d’avoir un regard critique objectif sur l’activité politique, sans dogmatisme de parti.

Dans le cas de la RIE III, je veux crier haut et fort : « Arrêtez de vous laisser berner par les lobbys économiques ». Presque tout le monde répète en cœur la même chose : « Oui, pour sauvegarder les emplois ». Sans se poser les vrais questions de fond. Certains éléments sont à saluer, dont en particulier l’objectif initial d’abolir les 2 poids 2 mesures du système fiscal actuel. Mais ce paquet final est profondément en défaveur d’une souveraineté financière sereine des collectivités publiques et de l’intérêt collectif de l’ensemble de la population, au final.

Voici donc à mon avis 3 bonnes raisons de refuser ce projet le 12 février.

  • Quel taux est raisonnable pour tous?

Harmoniser le taux pour l’ensemble des sociétés, c’est bien. Mais laisser à chacun des 26 Cantons la liberté de fixer leur propre taux ne fait qu’exacerber la concurrence fiscale déjà largement problématique, autant au niveau suisse qu’au niveau international. Le Canton de Vaud a déjà fixé un taux en-dessous de 14%. C’est très bas, beaucoup trop bas à mon avis. Et cela donne le pas pour les autres cantons… Pourquoi le taux d’imposition des personnes morales devrait-il être 2 à 3 fois inférieur (voire plus à cause du point 2) à celui de nombreuses personnes physiques, salariées ou même à leur propre compte? Est-ce cela, l’équité fiscale?

  • Des astuces à tout va pour réduire encore plus sa contribution fiscale.

L’objectif initial et souhaitable était un taux d’imposition unique, stable, transparent. Au final, au vu de tous les mécanismes de déductions possibles, non seulement les recettes fiscales risquent d’être vidées de leur substance, mais en plus impossible de prévoir dans quelle ampleur. Le double-spectre d’un démantèlement des services publics et d’une hausse des impôts pour les personnes physiques est une réalité, afin de compenser les pertes fiscales générées à moyen terme. Or il n’y a pas vraiment d’autre lobby pour défendre les contribuables citoyens que les milieux politiques d’extrême gauche, dont je ne partage souvent pas le dogmatisme.

A noter en plus que ce sont encore les entreprises les plus profitables qui bénéficieront du système, et non pas les petites et moyennes entreprises, qui elles ont d’autres problèmes (par ex. l’accès à des financements), pas du tout adressés dans la réforme.

  • Un engrenage mondial à l’opposé d’un développement soutenable

On nous parle de compétitivité de la Suisse dans le monde. La Suisse est déjà un des pays qui se porte le mieux de très loin. Or cette course mondiale effrénée à compétitivité et à la croissance infinie nous mène droit dans le mur. Ce système n’est pas soutenable. Et c’est enfin reconnu par le plus grand nombre. La Suisse, par sa situation privilégiée, devrait donner l’exemple, sans naïveté mais avec plus de courage. Or la RIE III propose l’inverse. Ce projet ne fait que mettre de l’huile sur le feu dans la guerre économique mondiale, et accélère le cercle vicieux dans lequel nous sommes tous plongés.

C’est pourquoi je dis stop, je dis non, et je vous invite le 12 février à refuser ce paquet fiscal tel quel.

Arnaud BRULÉ


Eh ! Les jeunes ! C’est le moment de vous exprimer sur votre avenir…

Un constat :

Le taux de participation aux élections est spécialement bas chez les jeunes électeurs : moins d’un(e) jeune sur trois vote aux élections.

Une analyse :

« Les jeunes sont en retrait de la politique mais cela n’est pas du désintérêt bien au contraire. Ils souhaitent plus de démocratie et aimeraient mieux en comprendre le fonctionnement. »
Céline Braconnier, sociologue, Le Monde.

Cette réalité est valable pour tous les partis politiques et indifféremment des régions. Pourtant, les jeunes sont les plus concernés par les décisions politiques, car celles-ci ont souvent des répercussions à long terme. Ceci dit, la jeunesse se tourne encore massivement vers les mouvements associatifs et s’investit beaucoup pour des causes bien précises.

Une solution :

Le Mont citoyen se différencie des autres partis politiques en encourageant et coordonnant les initiatives venant de la base citoyenne. Notre organisation cherche à fédérer les habitant-e-s du Mont-sur-Lausanne, en particulier les jeunes : nous nous mobilisons de façon concertée sur des préoccupations quotidiennes, sur des enjeux locaux et globaux, afin d’améliorer notre compréhension mutuelle du monde d’aujourd’hui et de demain et, ainsi, d’agir en conséquence. Aussi, nous avons co-construit un programme concret et local avec les habitant-e-s des quartiers de la commune, et nous continuerons à travailler de cette manière une fois élus.

Une action :

Votez le 28 février!

Et en choisissant Le Mont citoyen, une fois les élections passées, continuez à déployer votre énergie créative pour agir politiquement selon vos motivations et vos disponibilités. N’attendez pas les prochaines élections dans 5 ans pour redonner de la voix. Prenez votre avenir en main dès aujourd’hui.

Arnaud BRULÉ et Philippe SOMSKY


DEMAIN, mais aujourd’hui.

Si vous n’avez pas encore vu « DEMAIN » au cinéma, il n’est pas trop tard pour vous offrir cette bouffée qui fait du bien. Ce film est à la fois distrayant et bienfaiteur. Il rend plus intelligent, plus entreprenant, plus fort. Il traite des graves problèmes de notre civilisation actuelle en matière d’écologie et de société, mais avec un regard constructif, sympathique, entraînant. Les auteurs passent en revue les thèmes suivants sous un angle à la fois avisé, positif et inspirant: l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie, l’éducation. Ce reportage est tout sauf ennuyeux ou moralisateur. Il est d’ailleurs le mieux classé des films actuellement à l’affiche.

Parmi les thèmes traités, la question de notre système démocratique et ses travers. Une bonne démonstration d’amélioration dans le film est la reprise en main par les citoyens de leur destin pour un monde meilleur, à travers un engagement citoyen plus fort dans les décisions politiques importantes, et pas seulement lors des élections. Exactement ce que Le Mont citoyen met en œuvre de façon pionnière en Suisse dans la commune du Mont-sur-Lausanne.

Prenez le train en route. Aujourd’hui, avant qu’il ne soit trop tard. Il y a de la place pour vous.

Même si votre vie quotidienne est déjà bien chargée, nous espérons que le film « Demain » vous donnera l’envie  de vous mobiliser encore plus pour notre futur.

À demain !

Arnaud Brulé


Tous nos candidats

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


La renaissance du Bien Commun pour que tout le monde y gagne

072_©_sylvain_chablozAprès une longue tranche de vie que je qualifierais de conventionnelle, j’ai ressenti un profond besoin de donner plus de sens à ma vie, au-delà de mon employeur et au-delà de mes proches. Ma reconversion professionnelle et mon fort engagement associatif en sont l’aboutissement.

A cause de la dérive individualiste et matérialiste du monde dans lequel nous sommes tous plongés aujourd’hui, je souhaite défendre l’intérêt collectif, le bien commun, pour que nous et nos enfants puissions continuer à vivre en harmonie, en paix, en profitant des vrais bonheurs de la vie.

Les valeurs du Mont citoyen sont en phase avec cette philosophie.

 

Pourquoi suis-je candidat au Conseil Communal ?

Les discussions entre nations du monde sont stériles. L’effort individuel isolé est souvent insignifiant.

L’action politique à l’échelle de la commune par contre, me semble à la fois concrètement réalisable et motivante pour la qualité de vie locale. J’aimerais agir pour une amélioration gagnant-gagnant de notre style de vie, pour le bien commun, tout en respectant les motivations individuelles profondes.

Ma finalité : une véritable vie de qualité, harmonie, sérénité à long-terme.

Mes thèmes favoris : marier économie et écologie, progrès sociétal, transition énergétique.

En savoir plus sur mon parcours ?

J’ai 45 ans, 2 enfants. J’habite au Champ-du-Bois depuis juin 2011.

Je suis diplômé en économie, en management international et en management durable. Anciennement responsable marketing dans des entreprises diverses, je suis chargé de missions stratégiques à la Direction de l’énergie du Canton de Vaud.

Je me mobilise aussi dans trois associations : Le Mont citoyen ; EcoAttitude, qui travaille à faire évoluer les mentalités vers une société plus soutenable ; Social Business Models, qui met à disposition des acteurs de l’entrepreneuriat social des outils pour concilier pérennité économique et impact sociétal.

Arnaud BRULÉ