Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


Tous nos candidats

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


La construction du bien commun par la participation citoyenne

005_©_sylvain_chabloz« Enfant » du Mont, j’ai vécu la plus grande partie de ma vie et effectué toute ma scolarité obligatoire dans cette commune. J’ai ensuite réalisé une formation d’employé de commerce. Plus tard, et par des chemins détournés, j’ai effectué des études en sciences politiques ; à la suite de celles-ci, engagé comme assistant doctorant à l’université de Lausanne et à l’EPFL, je travaillais dans le domaine de l’histoire économique. Enfin, je me suis tourné vers l’enseignement professionnel : lieu extrêmement riche d’enseignements, non seulement pour les apprentis, mais aussi pour les formateurs.

Portant depuis longtemps l’envie de m’engager pour la collectivité et le bien commun, j’ai fondé l’association Les Jardins du Mont qui relie directement et sans intermédiaires des producteurs et des consommateurs de la commune soucieux de maintenir une agriculture rémunératrice, respectueuse de l’environnement et de proximité. Le prolongement naturel de cet engagement m’a fait adhérer au syndicat paysan Uniterre et à la FRC.

De plus, comme membre de la coopérative d’habitation SCHL, l’accès pour les familles à des logement abordables fait également partie de mes préoccupations. La commune disposant encore de vastes zones constructibles, il m’est impensable de les voir gaspillées dans des projets spéculatifs hors de prix.

Enfin, la démocratie participative constitue un des axes de notre programme qui me tient le plus à coeur. De fait, moins d’un électeur sur deux accomplit son devoir civique pour les scrutins communaux. Et pour cause : une fois les élections passées, les élus donnent l’impression de jouir d’un blanc-seing pour cinq ans. Il est dès lors très difficile pour les habitants de la commune de faire entendre leur voix ou de participer au débat politique. Pour aller dans ce sens et notamment lors d’un forum organisé dans la commune au printemps 2015, nous avons élaboré avec de nombreux citoyens un programme contenant plusieurs propositions pour permettre enfin l’émergence d’un débat public, favoriser une plus grande implication des habitants dans les processus décisionnels – et donner le goût de l’avenir.

Philippe SOMSKY


La motivation de m’impliquer activement dans les affaires de ma commune

019_©_sylvain_chablozDepuis mon arrivée en Suisse en 1990, j’ai vécu dans plusieurs communes. Nous recherchions notre future maison au Mont-sur-Lausanne en 2007. Depuis lors, cette commune est le cadre idéal de l’épanouissement de ma famille.

Dans le passé, je me suis engagé dans des associations locales qui travaillent pour l’intérêt public dans divers domaines dont l’intégration et la culture. J’ai toujours eu l’envie d’avoir un impact positif sur le lieu où je vis.

A l’origine de la création du Mont citoyen, une idée simple : deux pétitions pour des infrastructures nécessaires à une commune qui grandit. Ce fut un grand succès au sein de la population, mais surtout cette action a déclenché chez moi la motivation de m’impliquer activement dans les affaires de ma commune : depuis 2014, je fais partie du Conseil communal.

Le Mont-sur-Lausanne est une commune qui se développe très rapidement. D’esprit ouvert, appréciant le travail d’équipe et motivé, je souhaiterais participer à ce développement avec mes valeurs en matière d’enjeux intergénérationnels, de mobilité douce et de multiculturalité. Ensemble, nous pouvons construire une ville dynamique, sereine et visionnaire en terme de qualité de vie, de respect des volontés des citoyens et de développement durable.

Aydin DURMAZ


Une précieuse ouverture

035_©_sylvain_chablozMon premier regard posé sur Le Mont fut celui d’un enfant. Je me suis aventuré dans ses forêts. Je me suis dépensé dans ses infrastructures sportives nombreuses et de qualité.

J’ai bénéficié de la proximité heureuse avec le monde agricole et… de la ville à portée de main.

Je suis arrivé au Mont à l’âge de neuf ans ; j’y suis resté, presque sans m’en éloigner.

Adulte, je réside au Mont avec ma femme et mes trois enfants. J’apprécie à présent également, et surtout, son ouverture : ancrée dans son réseau de transports publics ; portée par ses efforts écologiques ; sublimée par son accueil de ceux qui sont privés de patrie.

Pourtant, beaucoup reste à faire.

Pourquoi se priver d’améliorer encore les transports pour l’ensemble de la commune ? Pourquoi ne pas aller plus loin dans le souci écologique au sein de notre région ? Pourquoi ne pas offrir la possibilité aux réfugiés de participer à des travaux d’intérêt public?

La préservation de notre commune, j’en suis convaincu, passe par une évolution douce et déterminée.

Gaël SAILLEN