Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


Appel du 4 mai : pour un redémarrage humaniste local et durable

Nous entrons dès demain dans la première étape vers l’allégement du dispositif de lutte contre la pandémie.

De nombreuses voix s’élèvent pour faire entendre à l’Assemblée fédérale, le parlement de la Confédération, qu’il est opportun de tirer partie de cette crise majeure afin de faire « émerger un avenir différent, plus humanisé et plus durable. »

C’est l’appel du 4 mai que nous vous proposons de soutenir en signant la pétition en ligne en cliquant ICI.


Entraide et solidarité entre citoyen·ne·s pendant les mesures du coronavirus

Une de nos membres nous a signalé un belle initiative que nous souhaitons relayer en ces temps de crise sanitaire. MERCI à elle.

La période que nous traversons met certaines personnes, plus exposées au risque, dans l’obligation de rester chez elles.
Si vous n’êtes pas considéré·e comme une personne à risque, pourquoi ne pas proposer votre aide pour faire les courses, aller à l’ecopoint… ?

Cliquer ICI pour offrir votre aide.


Vive la mobilité douce au Mont!

A peine quelques jours après la semaine de la mobilité, les employés du service des travaux de la commune du Mont stationnent leur pick-up devant les places de stationnement pour les vélos devant la Coop, comme en atteste cette photo prise le samedi 28 septembre à 9 heures 37, d’autant plus que ce n’est pas la première fois.

coopA quand une interdiction générale de stationner devant la Coop et le tea-room, appelée de leurs vœux par de nombreux habitants-es du Mont ?

L’organisation de la semaine de la mobilité et l’achat de deux vélos électriques pour les collaborateurs de l’administration c’est bien pour se donner bonne conscience. Ne pas entraver le stationnement des citoyens de bonne volonté qui font l’effort de se déplacer à vélo pour le bien de la planète serait encore mieux.

A quand une attitude responsable de tous les usagers de la route ?


Marche pour le climat

Samedi après-midi, Le MontCitoyen n’était pas en campagne, mais en marche pour le Climat.

Devant l’urgence face au dérèglement climatique, nous nous associons pleinement au mouvement de grève initié par les jeunes partout dans le monde. Il faut agir vite et fort!

Si les petits gestes écologiques quotidiens doivent se poursuivre, ils ne suffisent pas.

Nous devons mettre en place aujourd’hui des politiques ambitieuses de réduction de CO2, il en va de la survie de nos enfants sur notre seule terre!


Politique du logement : une question de responsabilité sociale envers les générations futures

Nous nous engageons pour que nos autorités développent une vraie politique du logement qui favorise la réalisation de logements à loyer abordable en quantité suffisante, notamment au bénéfice des jeunes et des aînés de la Commune.

La loi vaudoise loi sur la préservation et la promotion du parc locatif (L3PL), entrée en vigueur au 1er janvier 2018, met de nouveaux outils à disposition des communes qui souhaitent promouvoir la construction de nouveaux logements qui correspondent aux besoins de la population. Elle vise en particulier à promouvoir la construction de logements d’utilité publique (LUP). Ceux-ci comprennent les logements à loyers abordables (LLA), non subventionnés, les logements à loyers modérés (LLM), des logements protégés (LP) et des loge­ments pour étudiants (LE). Cette loi a été soutenue par les habitants du Mont, qui se rendent bien compte que les loyers explosent, et que compter sur la bonne volonté des propriétaires ne suffit pas.

En effet, depuis 20 ans, notre district est en situation de pénurie avancée de logement. La Municipalité actuelle nous fait croire qu’elle agit dans ce domaine, par exemple en proposant 5% de logements d’utilité publique (LUP) dans le plan de quartier de la Clochatte. Mais selon nous, il s’agit d’une mesurette, clairement insuffisante pour répondre aux besoins. Les communes qui se préoccupent réellement du logement (par exemple Nyon ou Montreux) visent 25% de LUP dans les nouveaux plans de quartier, un taux qui permet aussi des économies d’échelle pour les investisseurs.

De plus, le Mont-sur-Lausanne est dans une situation particulière, avec son processus de remaniement parcellaire géré par le Syndicat d’amélioration foncière. Les 11 plans de quartier prévus dans ce cadre ont déjà été votés et on ne pourra plus y imposer des LUP. Il faut donc prévoir des bonus de surface de plancher disponible pour les propriétaires qui s’engagent sur une base volontaire à intégrer des LUP.

Enfin, afin que les LUP bénéficient aux personnes qui en ont réellement besoin, la Commune doit définir des critères d’attribution de ces logements, au sein d’un règlement inscrit au registre foncier (par exemple limite de revenu, nombre de personnes / m2, nombre d’années de résidence dans la Commune, tranches d’âge).

Nous voulons une vraie politique du logement socialement responsable !