Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


Merci Alain, merci la Bléch…

Après s’en être pris aux écrans publicitaires dans les stations de métro en mars dernier, Philippe Somsky et Daniel Curnier, tous deux élus de l’agglomération lausannoise et jeunes papas, ont réalisé une action devant l’aéroport de la Blécherette pour dénoncer l’impact de l’aviation privée sur le réchauffement planétaire.

Accompagnés de poupées grimées représentant les enfants et les générations futures, ils se sont postés devant l’aéroport munis de pancartes sur lesquelles étaient inscrites « Merci Alain pour les canicules » et « Merci la Bléch’ pour la saison sèche ».

Organisée à la sortie d’un été particulièrement chaud et sec, marqué par des canicules à répétition en Suisse et de nombreux feux de forêt à travers l’Europe, leur action réagit également à l’information selon laquelle le Conseiller fédéral Alain Berset a été contraint d’atterrir par l’armée française le 5 juillet lors d’un vol de plaisance. Si l’incident semble relever d’une erreur des autorités françaises, cet événement a néanmoins rendu public un loisir peu recommandable puisque consommateur d’énergie d’origine fossile par une personnalité politique dont on peut questionner l’exemplarité, d’autant plus que Monsieur Berset appartient à un parti qui se veut être un moteur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle fédérale.

Au-delà du cas isolé de Monsieur Berset, c’est bien l’ensemble des activités d’aviation et d’héliportage privés qui posent problème, alors que cet été caniculaire n’est que la mise en bouche des bouleversements climatiques qui nous attendent ces prochaines années. Qu’il s’agisse de vols de plaisance, de vols d’affaire, de vols touristiques ou de déplacements privés, brûler des combustibles fossiles dans des hélicoptères et des avions de petite taille est incompatible avec les efforts attendus de l’ensemble de la population pour lutter contre le réchauffement planétaire. En effet, un déplacement en avion privé émet environ 5 fois plus de dioxyde de carbone qu’un vol dans un gros porteur et une heure en hélicoptère consomme quelque 200 litres de kérosène.

Si les émissions imputables à l’aéroport de la Blécherette sont nettement inférieures à celles du transport routier ou du chauffage des bâtiments à l’échelle du Canton ou même de l’agglomération lausannoise, dont les habitants subissent également les nuisances sonores et atmosphériques, ces vols répondent à des besoins loin d’être essentiels, en particulier en ce qui concerne les vols de loisirs. On ne parle pas ici de se nourrir, de se chauffer ou de se déplacer pour aller travailler. De plus, nombre de ces vols sont effectués par des individus résidant loin des environs directs de l’aéroport et dont les modes de vie sont fortement consommateurs d’énergie par ailleurs.

Pour Philippe Somsky et Daniel Curnier, à l’heure des canicules à répétition et alors que menacent les pénuries énergétiques, ce sont bien les consommations d’énergie fortement émettrices de gaz à effet de serre auxquelles il s’agit de mettre fin en premier lieu, surtout si elles ne bénéficient qu’à une infime partie de la population tout en nuisant à toutes et tous.


Turbulences au conseil communal autour des commissions de surveillance

Le dernier conseil communal de cette première année de législature a connu quelques turbulences autour de l’acceptation du rapport de gestion 2021 et des comptes 2021. Une première depuis au moins 3 législatures.

Rapport de gestion 2021

Le débat sur le rapport de gestion a été précédé par la lecture de la lettre de démission fracassante de deux des membres de la Commission de Gestion, bien alignés sur les raisons de leur départ de la commission, alors qu’ils appartiennent à des groupes politiques que tout oppose, l’UDC et le Mont citoyen. Le débat a révélé que les deux démissionnaires, très impliqués dans la mission de surveillance de la Commission de Gestion, se sont heurtés à une certaine passivité, voire à de la complaisance, des commissaires appartenant à la majorité municipale, l’Alliance Montaine.

En particulier, il avait été convenu au sein de la Commission que, la Présidence de la Commission, aux mains de l’Alliance Montaine, organise en amont de la Grande visite :

  1. des entretiens et des visites préalables de dicastère;
  2. une séance de coordination avec la Commission des Finances.

Malheureusement, aucun de ces préalables n’a été réalisé et le malaise s’est installé jusqu’à conduire à la démission immédiate et simultanée des deux commissaires, probablement une première au Mont-sur-Lausanne.

Le débat au Conseil sur cet objet a été quelque peu houleux et s’est soldé par une défiance de près de la moitié des conseiller.es présent.es puisque le rapport de gestion 2021 a été accepté de justesse par un vote à bulletins secrets : 29 voix pour, 26 contre et 4 abstentions. Là aussi, probablement une première.

Comptes 2021

Le débat sur les comptes 2021 a été quelque peu ubuesque. La Commission des Finances, soutenue par le SEL, le Mont citoyen et l’UDC, s’est opposée au Municipal en charge des finances (Alliance Montaine) sur le résultat financier de la Commune en 2021. En effet, la Commission des Finances a déposé un amendement au préavis de la Municipalité afin de retirer des bénéfices 2021, 2 millions de francs correspondant à des prestations sociales dus au Canton. Avec cet amendement, le bénéfice 2021 de 6 millions environ passe à 4 millions.

Alors que la correction des comptes demandée par l’amendement est relativement simple et conforme aux meilleures pratiques comptables, le Municipal des finances s’est obstiné à dire qu’au moment de la cloture des comptes, la facture des 2 millions n’était pas encore arrivée, même si la Municipalité savait qu’elle allait arriver.

Comme pour le rapport de gestion, l’Alliance Montaine a soutenu becs et ongles son Municipal lors des débats. Finalement, la raison l’a emporté après un vote à bulletins secrets soutenant l’amendement par 37 oui, 19 non et 4 abstentions.


Retour sur l’action cantonale COUP DE BALAI du 26 mars 2022 au Mont

Lors de cette journée d’action cantonale, des Montaines et Montaines se sont mobilisés autour du groupe de Valorisation du Mont citoyen pour ramasser les déchets sauvages dans 2 quartiers du Mont. Le diaporama ci-dessous immortalise cette belle mobilisation !

Malheureusement, une journée d’action ne suffit largement pas. Les beaux jours sont de retour et avec eux les déchets sauvages, en bordure de route, dans la forêt bref un peu partout….

C’est pourquoi, le groupe Valorisation animé par Tanja, Antoinette, Raphaëlle et Brigitte poursuivent toute l’année les actions de ramassage sur la commune. Rejoignez les tous les premiers samedis du mois à 14h00 entre avril et octobre 2022, durant une 1h de ramassage :

  • Samedi 2 avril // Mont Centre // RDV devant l’église
  • Samedi 7 mai // Maillefer // RDV devant DENNER
  • Samedi 4 juin // Fontaine des Meules // RDV devant le refuge
  • Samedi 2 juillet // Route de Lausanne // Du centrale à Rionzi // RDV devant le resto Central
  • Samedi 6 août // RDV au Châtaigner
  • Samedi 3 septembre // Route de la Blecherette // Du centre jusqu’à l’autoroute // RDV devant le resto Central
  • Samedi 1er octobre // Budron & Refuge // RDV devant le coucou

A vos agendas ! 

Prenez vos gants, les sacs sont fournis et nous espérons vous voir nombreux tout comme l’année dernière !


Signez l’initiative « Des arbres pour la commune ! »

Dans son communiqué de presse du 18 janvier 2022, la Municipalité du Mont s’est prononcée sur les 2 initiatives déposées le 15 décembre dernier : elle a refusé l’initiative « Sauvons le Vallon de la Valleyre » et elle a accepté l’initiative « Des arbres pour la commune » dont la récolte des signatures a commencé le week-end passé.

L’argumentaire de l’initiative « Des arbres pour la commune » est présenté ci-dessous. Vous pouvez téléchargez la feuille d’initiative, l’imprimer, la signer et la renvoyer à l’adresse indiquée avant le 19 avril 2022.

Cliquer sur les images pour les télécharger et les agrandir.


L’avenir des arbres pourrait appartenir aux Montains

C’est au tour de 24Heures de revenir aujourd’hui sur le dépot des 2 initiatives déposées hier. Cliquer sur l’image ci-dessous pour lire l’article sur le site du journal.

Il est intéressant de mettre en perspective ce que vient décider la Commune de Lausanne à propos de la sauvegarde de Château Fallot. En effet, quand on relit cet article de 2017, on ne peut s’empêcher de s’imaginer que ce même genre de débat pourrait s’inviter au Conseil communal du Mont-sur-Lausanne.


Craignant une pollution, des élues font feu sur le tir au pigeon !

24Heures relate la magnifique action coup de poing du groupe Valorisation du Mont citoyen au Conseil communal du 8 novembre pour dénoncer la pollution provoquée par les activités du Skeet Club du Mont-sur-Lausanne.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour lire l’article en ligne. 


Le vent du boulet…

Il n’a manqué que 30 voix à Jean-Pierre MOSER pour rejoindre Philippe SOMSKY à la Municipalité ! L’Alliance montaine a du bien sentir le vent du boulet !

Bien qu’il soit évidemment frustrant d’échouer si près du but, il est important de mettre cet excellent résultat en perspective : le Mont citoyen a remporté 48% des suffrages à 2 points de l’Alliance montaine qui n’a évité le deuxième tour que de 4 voix seulement ! Tout cela en menant une campagne sobre et minimaliste (1 flyer et 1 débat en ligne) selon la volonté de Jean-Pierre MOSER de respecter la mémoire du Municipal feu Philippe VAUCHER qu’il a beaucoup cotoyé à la Commission des finances. En face, l’Alliance montaine a battu le pavé communal en mobilisant ses 4 élu.es à la Municipalité, Syndique comprise.

Lors de la dernière élection complémentaire en 2019, Jean-Marie URFER avait réussi l’exploit de remporter 45% des suffrages contre la candidate phare de l’Alliance montaine qui est devenue Syndique lors des dernières élections communales. Ces 3% gagnés aujourd’hui montrent que les temps changent : la population montaine se reconnait de plus en plus dans les actions du Mont citoyen et aspire à une Municipalité plus représentative des idées des citoyen.nes. Il ne suffit presque plus d’être connu dans les sociétés locales pour être élu à la Municipalité.