Le Mont citoyen

Démocratie – Solidarité – Écologie


Le Mont n’est plus un village

ThomasEtabli avec ma famille au Mont-sur-Lausanne depuis 2007 j’ai pu vivre le développement démographique très important de la commune durant cette brève période. La population totale a augmenté d’environ 30% et de nouveaux quartiers se sont créés.

Cela ne va pas sans soulever toutes sortes de questions. Qui sont ces nouveaux habitants ? Quels sont leurs besoins ? Comment maintenir un cadre de vie agréable en développant les infrastructures de manière respectueuse de l’environnement naturel et humain ? Comment construire cette nouvelle communauté en impliquant chacune et chacun autant que possible ?

Je travaille dans le domaine de l’insertion socioprofessionnelle depuis de nombreuses années. Tous les jours je constate l’importance d’être impliqué dans la prise des décisions qui affectent notre devenir pour que ces décisions prennent du sens et portent des fruits.

C’est la volonté de contribuer à répondre à ces nombreuses questions qui découlent des transformations rapides que nous vivons, qui m’a amené à rejoindre le Mont citoyen dans sa démarche participative de renouvellement de la vie politique locale.

Le Mont n’est plus un village, faisons en sorte qu’il ne devienne pas une banlieue quelconque.

Tomas LOPEZ


Construisons ensemble un meilleur quotidien

104_©_sylvain_chablozEnfant d’une famille alémanique implantée dans le canton de Vaud, j’ai la chance d’avoir bénéficié d’une éducation prodiguée dans un esprit de communication et d’ouverture. Je me suis installé à Lausanne pour y suivre des études universitaires en gestion d’entreprise avec un Bachelor et un Master à HEC Lausanne à la clef. Depuis plus de 5ans, je suis cadre responsable de comptes clients dans une multinationale de la région.

Lorsque mon épouse Yaël et moi nous sommes mis à la recherche d’un nid pour fonder notre famille, nous avons été séduits par Le Mont-sur-Lausanne, la commune d’épanouissement idéale. Par son environnement rural, calme et verdoyant, par sa proximité avec nos lieux de travail et de loisirs et, avant tout, par sa dimension humaine, Le Mont nous a convaincus naturellement. Nous avons posé nos valises et nos papiers dans les hauts du chemin des Montenailles où nous venons d’accueillir notre premier enfant.

Ma volonté de contribuer activement au développement de notre Commune devenant toujours plus forte, je me suis intéressé au Forum citoyen initié ce printemps. L’ambition de cette démarche était de permettre à chacune et chacun de définir les priorités de notre Commune, où démocratie participative, solidarité et écologie prévalent. Aligné avec une majorité des thématiques discutées lors de cet événement, j’ai décidé dans la foulée de rejoindre Le Mont Citoyen en tant que membre actif puis en tant que membre du comité. En effet, je perçois mon engagement au sein de cette association comme un devoir envers mes concitoyennes, mes concitoyens et ma famille. Ce devoir, je l’assume avec plaisir et responsabilité.

Ma motivation à faire bouger les choses avec vous me pousse naturellement à me présenter au Conseil Communal. Lorsque je serai élu, je m’engage en priorité à défendre les points suivants de notre programme :

  • Encourager la mobilité douce et améliorer la desserte du réseau des transports publics, en prenant davantage en compte le quotidien des habitants des différents quartiers
  • Favoriser le développement de l’accueil préscolaire (garderie et réseau de mamans de jour), en collaboration avec les autorités et les entreprises locales
  • soutenir l’économie locale en favorisant les PMEs montaines, notamment en promouvant l’utilisation de produits et services locaux dans les institutions publiques (écoles, EMS, garderies)

Dans l’attente de vous rencontrer prochainement, je vous souhaite ainsi qu’à vos familles de très belles Fêtes de fin d’année.

Remo STUDER


Il est important de s’occuper de l’endroit où l’on vit au premier chef

Depuis 2009 nous avons la chance, avec ma femme et 3 grands enfants, de vivre, quasi dans les bois, au Mont.

065_©_sylvain_chabloz Il est important de s’occuper de l’endroit où l’on vit au premier chef, tout en restant conscient des difficultés grandissantes conditionnées par le vieillissement des populations, la poussée démographique et le déclin obligatoire d’un Occident consumériste.

Un credo : l’économie englobe l’écologie. Deux termes totalement pervertis par une société de consommation pousse-à-jouir toujours plus dans l’impasse. Ainsi du danger pour la Suisse à la démographie délirante et au coût de la vie trop élevé par comparaison au reste du monde… Une Suisse trop contente d’elle-même, trop gestionnaire, au point d’en oublier la politique, le recul, la prévision… L’avenir.

Adepte de gens comme Kropotkine ou Rabbhi, je suis pour une « sobriété heureuse » qui me semble correspondre assez bien à l’esprit de ce pays et à sa « mentalité source » de paysans de montagne économes. Je crois que, dans cet esprit, il faut favoriser des actions communautaires comme : troc, garderies associatives, jardins partagés, circuits courts, économies partout, énergies renouvelables, EMS associatifs, etc…

De plus je défends l’idée qu’avec Internet n’importe qui peut aujourd’hui apprendre et découvrir un savoir à la disposition de tous. Le monde est en mutation rapide. Chacun peut atteindre tout le monde, de fait chaque partie de notre planète en devient le centre – représentation aisée sur une sphère ;-). Il faut donc, appuyés sur cette idée « locale », inciter les jeunes à bousculer la vieille normalisation méfiante d’en haut – toujours plus normative que formative – et la remplacer par une responsabilité rayonnante, avertie et ouverte, d’en bas.

Formé comme employé de commerce, puis imprimeur, j’ai ensuite fait ma carrière dans la musique – dernier poste à la direction de l’EJMA, lorsque cette magnifique émergence de musique non archivée était encore libre. Actuellement en pré retraite, la compliance juridique galopante de ce pays étant infichue de valider les acquis de l’expérience, j’ai du temps précieux à consacrer à diverses missions, la réflexion, l’écriture… et la politique.

Michel GAILLARD


L’engagement des habitants du Mont pour un développement harmonieux

110_©_sylvain_chablozValaisanne d’origine, j’ai grandi à Sion puis suis venue vivre dans la région pour y suivre des études de biologie moléculaire à l’Université de Lausanne. Après environ dix années de formation universitaire, j’ai rejoint le milieu de la recherche privée pour exercer mon métier de chercheur en biologie, qui me passionne profondément.

Je me suis établie au Mont en automne 2011, avec mon mari et mon fils. Quelques mois plus tard notre fille y naissait. J’ai découvert notre commune en la sillonnant à course à pieds, et appris à connaître ses habitants grâce à notre vie de quartier et aux diverses activités sportives ou associatives qui animent le Mont. Mes quelques années au Mont ont été marquées par la richesse des rencontres.

Le Mont citoyen représente pour moi la motivation et l’engagement d’habitants du Mont qui défendent des valeurs communes basées sur le respect de nos concitoyens et du lieu où nous vivons. J’ai été conquise par leur sincérité et je crois qu’ensemble, nous pouvons faire bouger notre commune d’une façon harmonieuse face à sa croissance.

Stéphanie MICHLIG GONZALEZ


Le lien social par le tissu social

C’est par mon travail que je suis arrivé au Mont en 1998. Depuis, je n’ai plus quitté la Commune qui a vue l’arrivée de nos cinq enfants, aujourd’hui tous scolarisés à l’école du Mont.

Deux choses me tiennent particulièrement à cœur pour le développement de la Commune.

013_©_sylvain_chabloz

Développer un politique sociale, sportive et une culture inter-générationnelle

Très vite avec la venue au monde de nos enfants nous avons été impliqué dans la vie associative communale, société de gym, foot etc… Cette vie sociale est un point fort de la Commune et elle doit le rester. Mon engagement va dans le sens d’un développement de la vie sociale pour renforcer les liens entre les gens sur d’autre ressorts que la consommation.

Développer une politique familiale et de la jeunesse cohérente

Au quotidien, je ne peux que constater que la question de la famille et de la jeunesse ne se pense pas de manière cohérente dans la Commune à ce jour. C’est ici, me semble-t-il, une question de volonté politique. Vouloir créer des synergies entre les services de la Commune, les associations est nécessaire et passera par la création d’un service communal dédié uniquement à ces questions.

Elu au conseil communal depuis 2012, je me suis toujours efforcé de soutenir ces orientations et je continuerais à le faire…

Bertrand MARTINELLI

 


J’aimerais m’investir davantage pour ma commune

108_©_sylvain_chablozJe suis arrivé au Mont en 2008 en emménageant avec ma future femme. Depuis, le temps a passé et nos deux enfants sont maintenant scolarisés au Mont. Etant père au foyer et impliqué dans leur éducation, je connais bien la problématique des transports scolaires et des accueils préscolaire et parascolaire.

Faisant partie de quelques sociétés locales (Ordre de la Poêle, Les Jardins du Mont) et participant régulièrement aux manifestations montaines (Saint-Nicolas, Fête de mai, Giron des jeunesses ou autre inauguration du Mottier), j’aimerais m’investir davantage pour ma commune.

Travaillant à temps partiel (65%) dans un bureau d’ingénieurs en chauffage, ventilation et climatisation à Lausanne, j’ai une bonne connaissance des problèmes énergétiques dans la gestion de la production de chaleur pour les bâtiments.

Les commerces de proximité et l’économie locale en général me tiennent également à cœur. J’aimerais que chacun puisse faire part de ses problèmes dans la vie quotidienne (notamment transport, gestion des déchets, sécurité, écoles) et trouver des solutions satisfaisantes pour tous.

Sébastien GREMION


La chance dans une démocratie c’est de pouvoir faire entendre sa voix, afin de défendre le bien-être collectif

052_©_sylvain_chabloz-2

Habitante de la commune du Mont depuis novembre 2004, je suis entrée au conseil communal par la petite porte il y a six ans comme « viennent ensuite », j’ai été réélue lors de la précédente législature.

Originaire de Pully, mes racines sont plurielles, suisse par ma mère et espagnole par mon père, et je suis faite de cette double appartenance qui m’a sans aucun doute sensibilisée aux questions en lien avec la migration.

Je milite pour un monde pluriel et ouvert. Consciente des problèmes écologiques, je suis membre des Verts vaudois depuis plusieurs années.

Après avoir travaillé dans plusieurs institutions du monde du handicap, j’ai effectué en parallèle une licence en sciences sociales et pédagogiques à l’université de Lausanne.

Ma licence en poche, j’ai commencé à travailler dans le champ de ce que nous appelons aujourd’hui les addictions ; dans un premier temps dans la prise en charge des mineur-e-s consommateurs-trices de drogues, puis dans la prévention des dépendances à Addiction Suisse avant d’occuper une fonction de collaboratrice scientifique à l’association du Relais où j’avais différentes missions et entre autres la coordination du dispositif bas seuil lausannois, dispositif regroupant l’ensemble des structures actives dans la prise en charge des personnes souffrant d’addictions et des populations fortement marginalisées.

Ces activités de terrain m’ont conduite à développer des enseignements dans les différentes écoles formant des travailleurs sociaux ou des professionnels du soin du canton de Vaud, consciente que seule une formation solide permettait aux futur-e-s professionnel-le-s d’être adéquat-e-s pour répondre aux défis multiples de la dure réalité des terrains de l’action sociale et sanitaire.

C’est donc assez naturellement que je suis devenue professeur à la Haute Ecole de Travail Social et de la Santé, EESP à Lausanne. Puis Doyenne de l’Unité de formation continue de la dite école.

Ces différentes activités professionnelles m’ont toujours conduite par conviction à être active dans le domaine associatif. J’ai été en particulier très engagée dans le cadre du GREA, groupement romand d’études sur les addictions, qui rassemble les professionnels du domaine des addictions de la Suisse romande, que j’ai présidé pendant 8 ans.

Je suis membre du conseil de fondation d’AACTS Action communautaire et travail social à Vevey. Actuellement très active dans le cadre de la fondation du Levant comme vice-présidente. Membre de plusieurs associations dans le domaine des addictions et de la prévention des dépendances. Je suis également membre de la commission consultative des Oliviers.

Depuis trois ans, je préside l’APDC, Association pour la promotion des démarches communautaires.

Les valeurs défendues par le Mont Citoyen sont celles qui m’ont toujours parues importantes pour la défense d’un monde plus équitable. Défendre les intérêts du collectif et le bien-être commun commence au niveau local. La participation citoyenne s’inscrit pour moi en premier lieu dans la commune où je vis.

Viviane PRATS